partagez

Explorez l'univers des CAR-T

Partagez

Pr Philippe Moreau

Médecin spécialiste en hématologie au CHU de Nantes

« Pour les patients, la thérapie CAR-T est un réel espoir. »

« J’ai compris que cette nouvelle thérapie CAR-T allait changer beaucoup de choses »

Le développement rapide de l’immunothérapie a modifié en profondeur le traitement de certains types de cancers. Spécialiste du myélome multiple, un cancer de la moelle osseuse qui touche environ 5 400 personnes chaque année en France1, Philippe Moreau est professeur en hématologie au CHU de Nantes.

« La recherche clinique fait partie de mon travail quotidien d’universitaire en hématologie. J’interagis avec l’ensemble des entreprises biopharmaceutiques qui mettent au point les molécules spécifiques au myélome multiple, et notamment Bristol Myers Squibb qui est l’un des pionniers de la recherche dans ce cancer. La recherche en hématologie nécessite des moyens importants. Dans le myélome multiple, la recherche évolue vite et les avancées sont nombreuses. En 20 ans, la survie moyenne des patients atteints de myélome multiple a doublé : nous sommes passés de 5 à 10 ans. Dès 2018, nous avons participé aux premiers développements de l’immunothérapie par cellules CAR-T. C’est au CHU de Nantes que les quatre premiers patients français ont reçu des CAR-T. J’ai compris que cette nouvelle thérapie allait changer beaucoup de choses quand j’ai vu les premières données scientifiques. Pour des patients dont la maladie est très avancée, les taux de réponses aux traitements traditionnels sont très faibles. Avec les CAR-T, ils atteignent des niveaux spectaculaires.


« Aujourd’hui, dans certains cas, on commence même à parler de guérison. Je pense qu’avant ma retraite, nous arriverons à guérir une proportion non négligeable de malades. »

Pour le moment, dans le myélome multiple, cette thérapie est disponible uniquement dans le cadre d’essais cliniques. J’attends avec impatience qu’un accès plus large devienne possible. Les CAR-T pourraient devenir un traitement important dans différents cancers du sang, et ce, dès les premiers stades de la maladie. Pour les patients c’est un réel espoir.
Aujourd’hui, dans certains cas, on commence même à parler de guérison. Je pense qu’avant ma retraite, d’ici une dizaine d’années, nous arriverons à guérir une proportion non négligeable de malades. »

47%

Le taux de survie nette à 5 ans des patients atteints de myélome multiple diagnostiqué entre 2005 et 2010.

(source : rapport hémopathies malignes, INCa juillet 2019)

2%

La part du myélome multiple dans les nouveaux cas de cancer en France.

(source :
https://www.santepubliquefrance.fr/docs/estimations-nationales-de-l-incidence-et-de-la-mortalite-par-cancer-en-france-metropolitaine-entre-1990-et-2018-volume-2-hemopathies-malignes)

5 442

Le nombre de nouveau cas de myélome multiple et plasmocytome en France en 2018.

(source : rapport
hémopathies malignes, INCa juillet 2019)

Découvrez les autres témoignages

Christian Rollin

Directeur de la recherche clinique Bristol Myers Squibb France

« En 10 ans, l’immunothérapie a transformé la prise en charge dans un grand nombre de cancers. »

Découvrir le témoignage

Laure

Laure a été atteinte d'une leucémie en 2016

« Sans ma famille, mes amis, mes collègues, rien n’aurait été possible. J’ai eu la chance d’être bien entourée. »

Découvrir le témoignage

Patrick

Patrick a été atteint d'un myélome multiple en 2014

« Le myélome multiple m’a rendu philosophe. Je profite plus du temps présent et des miens aujourd’hui. »

Découvrir le témoignage