partagez

Explorez l'univers des CAR-T

Partagez

Les cancers du sang

Quels sont les principaux types de cancers du sang ?

En France, les cancers constituent la première cause de mortalité. Les cancers du sang, appelés également cancers hématologiques, représentent à eux seuls 12% des nouveaux cas chaque année et touchent plus de 45 000 personnes par an1. Pourtant, le myélome multiple, le lymphome et la leucémie restent encore méconnus.

Le myélome multiple

Chaque année en France, on estime à environ 5 400 le nombre de nouveaux cas de myélome multiple.1

Les plasmocytes sont des globules blancs qui produisent les anticorps nécessaires aux défenses contre les infections2. Le myélome multiple se caractérise par l’accumulation dans la moelle osseuse de plasmocytes dysfonctionnels. En s’accumulant, ces derniers diminuent la production des cellules sanguines saines, stimulent la destruction des cellules osseuses et empêchent ainsi leur renouvellement.

Conséquence : les os sont fortement fragilisés. On parle de myélome multiple quand plusieurs os sont atteints en même temps.


Le myélome multiple est un type de cancer du sang qui touche la moelle osseuse contenue à l’intérieur des os. Le rôle de la moelle osseuse est de produire les différents types de cellules sanguines dont l’organisme a besoin.

Dans 20% des cas, la maladie se développe sans symptôme. Les symptômes sont peu spécifiques : fatigue, anémie et douleur osseuse, voire des fractures3. Pour l’heure, le myélome multiple reste une maladie incurable. Les traitements actuels cherchent à contrôler la maladie sur le long terme.

Les lymphomes

Ces cancers du sang touchent le système lymphatique, c’est-à-dire le réseau de vaisseaux dans lequel circulent les lymphocytes, des cellules du système immunitaire. Un lymphome survient lorsque des lymphocytes anormaux sont produits dans l’organisme et se multiplient de façon anarchique. Puisque les lymphocytes circulent dans tout le corps, la maladie peut se déclarer dans tous les organes.


Le lymphome est le 5e cancer le plus fréquent.

Les symptômes se manifestent sous différentes formes, parfois banales, comme la fièvre, les démangeaisons, les sueurs nocturnes, la fatigue ou les ganglions volumineux. Les causes favorisant l’apparition de ce type de cancer ne sont pas encore précisément connues mais les hommes sont légèrement plus touchés que les femmes. Au total, on dénombre plus de 23 000 cas nouveaux chaque année en France.1

La leucémie

Les leucémies se caractérisent par la fabrication d’un trop grand nombre de globules blancs incapables de remplir leur fonction. Ces cellules anormales envahissent le sang, les organes et empêchent la moelle osseuse de fabriquer des cellules normales. Le système immunitaire est alors affaibli et le corps n’est plus protégé contre les infections. La leucémie prend des formes extrêmement variées. On distingue toutefois deux types majeurs de leucémies : les leucémies chroniques qui évoluent lentement et les leucémies aiguës, beaucoup plus agressives. Ces dernières touchent principalement les jeunes. En France, 90% des leucémies chez l’enfant sont des leucémies aiguës4, notamment les leucémies aiguës lymphoblastiques (LAL).

Les leucémies chroniques sont généralement sans symptômes spécifiques, sinon une fatigue, des infections répétées ou une augmentation de volume des ganglions. Elles sont donc le plus souvent découvertes à l’occasion d’un bilan sanguin. Les leucémies Lymphoides Chroniques (LLC) sont majoritairement diagnostiquées chez des hommes de 70 ans environ et représentent 30% de l’ensemble des leucémies5. Les leucémies Myéloïdes Chroniques (LMC) frappent essentiellement les adultes entre 30 et 60 ans. On estime le nombre de nouveaux cas à moins de 1000 par an1.

Les traitements des cancers du sang

Les traitements pour soigner les cancers varient en fonction de plusieurs facteurs : le type de maladie, le stade d’évolution mais aussi de l’âge et de l’état de santé général du patient. La prise en charge implique différentes approches : la chimiothérapie conventionnelle, l’immunothérapie, la radiothérapie et dans certains cas la greffe de moelle osseuse. Ces 20 dernières années, les progrès thérapeutiques ont permis l’arrivée de traitements agissant directement sur les mécanismes de croissance et de propagation des cellules cancéreuses (immuno-chimiothérapies et thérapies ciblées).6

2018

Mise à disposition des premières thérapies CAR-T en France.

Aujourd’hui, une nouvelle révolution scientifique a débuté avec la découverte de la thérapie CAR-T. Cette fois, il s’agit de prélever les propres lymphocytes T (des globules blancs) du patient afin de les modifier génétiquement. Les lymphocytes T deviennent alors des CAR-T capables d’identifier et de combattre les cellules cancéreuses lorsqu’ils sont réinjectés au patient. Ce qui est révolutionnaire, c’est qu’on fabrique un médicament d’immunothérapie individualisé qui combine thérapie génique et cellulaire.7,8 Les CAR-T constituent une nouvelle source d’espoir pour les patients atteints de certains cancers du sang difficiles à traiter.

Christian Rollin

Directeur de la recherche clinique
Bristol Myers Squibb France

« En 10 ans, l’immunothérapie a transformé la prise en charge dans un grand nombre de cancers. »

Découvrir le témoignage

Pr Philippe Moreau

Médecin spécialiste en hématologie au CHU de Nantes

« Nous avons participé aux 1ers développements de l’immunothérapie par cellules CAR-T. Pour les patients c'est un réél espoir. »

Découvrir le témoignage

Laure

Laure a été atteinte d'une leucémie en 2016

« Sans ma famille, rien n’aurait été possible. J’ai eu la chance d’être particulièrement bien entourée. »

Découvrir le témoignage

Patrick

Patrick a été atteint d'un myélome multiple en 2014

« Le myélome multiple m’a rendu philosophe. Je profite plus du temps présent et des miens aujourd’hui. »

Découvrir le témoignage